mardi 29 septembre 2015

Éphéméride... 29 septembre - Un plébiscite sur la prohibition des boissons alcooliques

UN PLÉBISCITE SUR LA PROHIBITION

par Jacques Carl Morin

La première consultation populaire au Canada fut tenue à la fin du 19e siècle. Elle portait sur la prohibition des boissons alcooliques. Les résultats de ce plébiscite, comme on appelait alors les référendums, firent apparaître clairement les deux solitudes qu’évoquera plus tard Hugh MacLennan.

Dans la foulée des croisades contre l’ivrognerie menées aux États-Unis au 19e siècle, le Canada emboîte le pas et adopte diverses mesures législatives visant à restreindre le commerce de l’alcool sans l’interdire complètement. Des groupes veulent aller plus loin et préconisent l’abstinence totale; ils font pression sur le gouvernement fédéral afin que celui-ci décrète la prohibition. Le premier ministre John A. Macdonald, un grand consommateur d’alcool, ne cède pas.

En 1893, le congrès national du Parti libéral adopte une résolution en faveur d’un référendum pancanadien sur la prohibition de l’alcool. À la suite de la victoire de Wilfrid Laurier aux élections de 1896, son gouvernement fait adopter l’Acte concernant la prohibition de l’importation, fabrication et vente des liqueurs enivrantes qui prévoit que la question suivante sera soumise au vote des électeurs :

Êtes-vous en faveur de l’adoption d’un acte
prohibant l’importation, la fabrication ou la vente des spiritueux, vins, aîle, bière, cidre et toutes autres liqueurs alcooliques servant de boisson ?

OUI

NON


Cette première consultation populaire de l’histoire en sol canadien donne lieu à des débats passionnés entre les tenants de la prohibition de l’alcool et les opposants.

Le 29 septembre 1898, quelque 44 % des électeurs, tous mâles comme c’est la loi à l’époque, se donnent la peine d’aller voter. Au Québec, le « NON » réunit 81 % des suffrages exprimés soit 122 614 contre 28 582.

Dans le district électoral de Gaspé qui inclut les Îles-de-la-Madeleine, le « OUI » recueille 158 (10,5 %) voix et le NON 1341 (89,5 %). Aux-Îles-de-la-Madeleine, les résultats officiels sont les suivants :


POUR
CONTRE
Nombre d’électeurs inscrits
Amherst
2
30
142
Île d’Entrée
0
17
St-François-Xavier-du-Bassin
3
57
194
Étang du Nord
7
92
198
Barachois Nord
0
34
94
Cap aux Meules
8
29
122
Havre-aux-Maisons (Dune du Sud)
0
13
71
Île Allbright
0
17
152
The Coffin (Grande Entrée)
0
17
80
Île Wolf, Bryon, etc.
2
4
Total pour les Îles-de-la-Madeleine
22 (6,6 %)
310 (93,4 %)
1053

Huit circonscriptions québécoises comptant une bonne proportion d’anglo-protestants (Argenteuil, Brome, Compton, Huntingdon, Montréal-Saint-Antoine, Pontiac, Sherbrooke et Stanstead) sont favorables au bannissement des boissons alcooliques. Sur l’île de Montréal, seuls les électeurs de la circonscription de Saint-Antoine disent majoritairement « OUI » à la prohibition.

À l’extérieur du Québec, c’est la victoire des buveurs d’eau qui favorisent nettement le OUI 249 905 (63,77 %) contre 141 957 (36,23 %). Mais dans l’ensemble du Canada qui comprend alors sept provinces et trois districts, le « OUI » l’emporte de justesse 278 487 (51,2 %) contre 264 571 (48,8 %), soit un écart de 13 916 voix. Ce vote favorable à la prohibition ne représente en fait que 22.5 % de l’ensemble des électeurs inscrits.

Devant un résultat aussi mitigé, Laurier n’imposera pas la prohibition et laissera les provinces et les municipalités le soin d’agir en cette matière.

Sources :

Rapport du greffier de la Couronne en chancellerie, Documents de la session, volume 14, 8e Parlement, session 1899, volume XXXIII, numéro 20.

Acte concernant la prohibition de l’importation, fabrication et vente des liqueurs enivrantes, Statuts du Canada (aussi appelé Acte du plébiscite de prohibition, 1898), 61 Victoria, S