Le CARDI : Un passé conjugué au présent... pour l'avenir des Îles

jeudi 1 octobre 2015

Le Buttereau-du-Nègre aux Îles-de-la-Madeleine


Plusieurs livres mentionnent ou couvrent en partie le nom de cette appellation, tirée d'une légende que plusieurs disent vraies. C'est l'histoire d'un naufragé de couleur, enterré dans une dune des Îles à l'époque où la traite des esclaves en Amérique existait, ce qui rendait plausible un tel événement:

Par Alphonse Arseneau, publié en 1979
Une réédition de 1997 de ce volume, par son fils Pascal Arseneau, existe également

par Azade Harvey, publié en 1975
(de mémoire, cette légende apparait dans ce livre - je vérifierai)

Elle pourrait aussi avoir été relatée dans les nombreux ouvrages de contes et légendes du Père Anselme Chiasson, prêtre, ethnographe et folkloriste acadien bien au fait de l'histoire des Îles-de-la-Madeleine, publiés dès 1969.

Mais tout d'abord ces récits ne sont pas apparus du hasard, car l'appellation du Buttereau-du-Nègre apparaissait déjà en 1922 dans un ouvrage plus sérieux commandé des autorités gouvernementales: Place-names on Magdalen Islands, Que., republié en français en 1925 dans Bulletin de la Société de Géographie de Québec, Vol. 19 - No. 4, octobre-novembre 1925


La localisation du Buttereau-du-Nègre:

En partant des différentes cartes anciennes qui localisent ce nom, on peut seulement déterminer une certaine zone et non un lieu exact. Si on se réfère à la géographie actuelle de la route et à l'histoire qui parle d'un ensablement continu, on peut suspecter un endroit où un tel ensablement tend à se faire à cause des forts vents, mais vu l'évolution de la route et le fait que la circulation à l'époque de la légende, se faisait à cheval le long des dunes en hiver, ou en bateau les autres saisons, il est hasardeux de vouloir situer un endroit exact. Ce lieu-dit n'aurait sans doute pas survécu à l'écrit sur les cartes s'il n'avait pas été si fortement ancré dans l'histoire orale et repris par la tradition orale, les écrivains, chercheurs et ethnologues.

Carte  au "nom péjoratif" amplifié par l'IRDA.  http://www.irda.qc.c
Si on se réfère à l'histoire d'un naufragé, on peut au moins confirmer que le naufrage d'un navire ne peut s'être déroulé que du côté nord des dunes et non sur celles situées du côté de la lagune. L'emplacement devrait apparaître du côté nord de la route 199, non loin de Pointe-aux-Loups. En 2013, nous avions souligné à la Commission de toponymie, la typographie aux caractères disproportionnés qui avaient été utilisés sur une carte récente de l'IRDA, et reproduite si contre. Une police de caractères d'autant plus trop grande que la localisation était loin d'être précise. En regardant à nouveau cette carte aujourd'hui, nous retrouvons le nom de ce lieu-dit relevant de la légende, en caractère aussi grand que la localité de Pointe-aux-Loups elle-même!

L'usage du nom aujourd'hui?
Il ne se fait que par la population locale: cueilleurs, chasseurs, pêcheurs. Il s'agit d'un usage très modéré,  selon le type d'activité qui est pratiquée dans cette zone.

Un nom péjoratif?
En sachant que ce nom est associé à une légende très ancienne, les rares visiteurs qui posent la question de son origine n'émettent pas de commentaires négatifs, d'autant plus que la nature de la légende ne présente pas le naufragé comme un monstre mais ramène à une tradition d'association de "l'inconnu" à la religion non catholique. En sachant la nature de l'histoire, vous apprenez qu'encore une fois, comme les nombreuses légendes du Québec qui dépeignent les croyances et l'emprise du clergé sur les populations rurales, la légende du Buttereau-du-Nègre présente dès 1969, de par son interprétation par un ethnographe religieux, une situation "incontrôlable" ou "mystérieuse" qui se résorbe en bénissant le cadavre et l'enterrant sous les soins d'un prêtre catholique. Ainsi, les dunes cessent de "désensabler" le corps dès que le clergé intervient! 

Pourquoi le renommer ? 
Pourquoi changer le cours de l'histoire en renommant  le lieu "Buttereau-du-Nègre" par "Buttereau-du-Noir"  ou "Buttereau de l'homme inconnu" ? Nous viendrait-il à l'idée d'enlever le mot nègre de tout ce qui touche la Déclaration d'indépendance américaine? Devrait-on abolir le titre " Nègre des Lumières », une œuvre sur la vie en France du chevalier de Saint-Georges, un Guadeloupéen, symbole de l'émancipation des esclaves, devenu le premier grand musicien antillais au XVIIIe siècle? 

Faire disparaître la connotation du mot nègre, c'est aussi faire disparaître la traite des esclaves noirs victimes des déportations en mer, comme les Acadiens ont pu l'être. Ce qui a une connotation péjorative pour les uns ne l'a pas nécessairement pour les autres. La population régionale qui a toujours fait usage d'un nom de lieu et les anciens cartes et écrits qui en font référence devraient être la base de tout fondements conduisant à l'adoption d'un toponyme. Ce pouvoir ne devrait pas relever d'un groupe ou d'opinion externe à cette base régionale et historique.