Le CARDI : Un passé conjugué au présent... pour l'avenir des Îles

samedi 23 juillet 2016

Parlure, traditions et coutûmes liées à la mer, aux Îles de la Madeleine - Ports de pêche

Aux Îles, on ne fait plus l'usage quotidien des rampes de lancement (slip) des bateaux dans les petits port de pêche depuis la fermeture du port de Old Harry et la réfection du port de Pointe-aux-Loups en 2014.

Après avoir délaissé les cabestans qui servaient de treuils manuels pour hâler les embarcations sur le sable des plages, les rampes de bois étaient bienvenues, on équipait les ports de pêche de treuils alimentés au gaz. Par exemple, le treuil Acadia illustré est du même modèle que celui utilisé à Pointe-aux-Loups.  Alimenté par un moteur de 12 chevaux (12 HP), ce treuil était vendu à Bridgwater, en Nouvelle-Écosse dans les années 30.

On pouvait voir jusqu'aux environs de 2014, les vestiges mécaniques dans ces deux localités (Pointe-aux-Loups et Old Harry). Celui qui était localisé dans une cabane rouge au port de Old Harry n'est plus là après avoir fait l'objet d'un nombre incalculable de photos touristiques. Le port de Pointe-aux-Loups conserve tout de même un treuil qui fonctionne dans un cabane, au cas où des bris se présentaient en mer et qu'on doivent remonter rapidement son embarcation. Mais le plus ancien treuil Acadia, enlevé de son socle de béton lors de la construction du nouveau quai en 2015, demeure le seul vestige d'un instrument essentiel au travail quotidien de nos ancêtres.
  
Pièces de remplacement pour le treuil Acadia - Source des photos: Collection numérique du Centre d'archives AC1-S29


Pour en revenir aux cabestans, les souvenirs d'un des aînés de Pointe-aux-Loups situent aux environs des années 40, la fin de leur usage. Le Centre d'archives ne dispose d'aucune photo illustrant cet équipement aux Îles-de-la-Madeleine. Ceux-ci étaient actionnés par des hommes ou des chevaux.


Port de pêche de Pointe-aux-Loups, 15 mai 2004.