Le CARDI : Un passé conjugué au présent... pour l'avenir des Îles

mercredi 31 août 2016

Les premiers missionnaires aux Îles-de-la-Madeleine 1714-1720


Le père Félix Pain

Membre de l'ordre des Récollets, il fut le premier venu satisfaire les besoins spirituels des pêcheurs qui se trouvaient aux Îles. Il vint plusieurs fois aux Îles entre 1714 et 1720. C'est à Félix Pain, alors curé de Beaubassin, que nous devons le précieux recensement des établissements acadiens de 1714. Une source mentionne que le père Isidore Colet est venu dans cette même période mais il ne semble être passé à la mission de Beaubassin que le temps d'un court passage en 1724, chassé ensuite par les acadiens qui n'approuvaient pas son attitude.


Le Père Pain fut amené de France en 1701, par le gouverneur de Brouillan, en qualité d'aumônier des troupes à Port-Royal, poste qu'il garda jusqu'au mois d'octobre 1710, lors de la reddition du fort à Nicholson. Il se rendit alors à Beaubassin, qu'il desservit de 1710 à 1717 tout en étant curé des Mines (Grand-pré) depuis 1715. Il quitta la paroisse des Mines au mois d'août 1724 et se rendit à l'Île Royale, d'où il alla donner plusieurs missions à l'Île St-Jean. Même s'il est décédé bien avant le drame de 1755, Longfellow en a fait, sous le nom de Père Félicien, un des personnages du poème Évangéline

CEA, Fonds Comité de l'église-souvenir de Grand-Pré - L'église telle qu'elle devait être en 1755. Illustration de Karl Weatherbe parue dans le Halifax Herald, édition du samedi 9 mai 1896


L'église de Saint-Charles de la Grand-Pré, dans laquelle les ancêtres acadiens tombèrent pour leur expulsion, le 5 septembre 1755, pourrait avoir été bâtie sous son égide pour remplacer celle de 1689.

(Voir la série d'articles des premiers missionnaires). 

Références: 

GAUDET, Placide. Le Grand Dérangement : Sur qui retombe la responsabilité de l'Expulsion des Acadiens, Ottawa, Ottawa Printing, 1922, 84 p.   (disponible en PDF)


Traduction libre du document "The marriages of Les Iles-de-la-Madeleine 1794-1900 du Père Dennis M. Boudreau, 1980. (On peut consulter ce document sur place aux archives du Centre)