lundi 4 décembre 2017

Éphéméride... 4 décembre - Naufrage du SS Lunenberg en 1905

Le SS Lunenberg tel que publié dans un article de 1896.  Source web:
http://www.gov.ns.ca/nsarm/virtual/lunenburg/archives.asp?ID=28&Language=

04 décembre 1905 :


Naufrage du SS Lunenberg. Décès de 11 personnes dont Robert Jamieson Leslie, député des Îles à la législature provinciale du Québec.
____________________________
L’épouse de Leslie, Rebecca Bertie Starratt est née dans la vallée d’Annapolis en Nouvelle-Écosse. Elle enseigne à 16 ans à Spry Bay, dans le comté d’Halifax et c’est là que Robert Jamieson Leslie, un capitaine de 18 ans qui avait déjà navigué dans plusieurs ports, va la conquérir et ils se marient un an plus tard. Pendant que Leslie est membre du parlement (1904-1905), ils demeurent à Québec.
Robert Jamieson Leslie aime la vie, les gens et beaucoup de responsabilités. Il a une usine de poisson et un magasin général aux Îles-de-la-Madeleine. Il est également associé de l’entreprise de marchands Leslie, Hart & Co à Halifax et détient des parts à la Magdalen Island Steamship Co. dont les navires effectuent les trajets entre Pictou, N.-É. et Havre-Aubert aux Îles-de-la-Madeleine.
Aux élections provinciales de 1904 alors qu’il est en Écosse à conclure une transaction pour sa ligne de navire, il est élu député libéral pour le comté des Îles et la péninsule gaspésienne, en même temps que l’arrivée au pouvoir du premier ministre Gouin. C’est en son nom que le village de Leslie et un bureau de poste sont identifiés ainsi aux Îles-de-la-Madeleine. R. J. Leslie adore les Îles. Il s’y rend chaque année lors du  dernier voyage de sa compagnie, apportant des provisions pour que les Madelinots puissent passer l’hiver. 
Construit  par Titus Langille à Mahone Bay en Nouvelle-Écosse, et enregistré le 8 décembre 1891,  le Lunenberg appartenait à la Lunenberg & Halifax Steam Packet Company. En 1898, il est acheté par le capitaine au long cours James A. Farquhar pour 13 500 $ et revendu le 23 janvier 1900 à Leslie et son associé Guy C. Hart de Halifax pour 19 500$.
Lunenburg est une goélette de deux mats, avec un pont et une étrave arrondie, dont le moteur développe une force de 56 chevaux-vapeur. Elle a 124.9 pieds de long, 23.5 pieds de large et une profondeur de 12. 5 pieds d’une capacité cargo de 266 tonnes pour un tonnage enregistré de 113 t.
Dimanche matin, le 3 décembre 1905, le navire quitte Pictou avec 17 hommes à bord. La distance entre Pictou et Souris s’est déroulée sans embûche et il quitte Souris à 16h par une belle température. Une tempête surgit durant la nuit et le navire continue prudemment pendant 58 milles. Le capitaine estimant que 10 milles le séparent de son but, ne prend pas la peine de mesurer la profondeur de l’eau.
Dans une mer démontée, ils arrivent à Havre-Aubert avant le lever du soleil le lundi 4 décembre, essayant de se frayer un passage entre l’Île d’Entrée et le havre. Le vent souffle du nord-est d’une force d’ouragan, mais c’est plutôt la tempête de neige aveuglante qui amène le Lunenburg à perdre sa route et s’échouer sur une bande de sable à environ 2 milles de son but à 2h10 du matin. Le Capitaine Pride signale pour de l’aide, mais les conditions de la mer empêchent les embarcations de s’éloigner de la côte. À 10h le capitaine demande des volontaires pour accoster avec une des barques de survie avec le premier et second maître. Après une heure d’hésitation, le deuxième ingénieur et deux chauffeurs sont volontaires. Les cinq hommes atteignent la rive. 
Peu de temps après le Lunenburg commence à sombrer et le capitaine décide de tenter une autre manœuvre avec une des barques. Il a de la difficulté à convaincre des hommes gelés et tremblants de risquer leur vie en se lançant d’un bateau du côté houleux du navire. Une foule de spectateurs inquiets et impuissants assiste à la scène du rivage, incapable de prêter assistance. 
À 14h, les douze hommes encore sur le Lunenberg embarquent dans la barque, Robert Jamieson Leslie est le dernier à quitter. Les autres passagers sont, le chef ingénieur Ronald McDonald de Pictou, le steward Harding Gerhardt de Lunenburg, le cuisinier James Josie, le commissaire de bord J..W.. McConnell de Port Hilford, le mousse Beverly Hamm de Lunenburg, les marins Vital Chiasson, Peter Doucet, Joseph Bourgeois et Samuel Vigneau, tous des Îles-de-la-Madeleine et le Capitaine Pride de Sherbrooke.(Ici, il semble manquer le nom de Adephus Vigneau qui apparait pourtant auprès de d'autres sources, dont des registres de sépultures).
Comme ils approchent la côte, les déferlantes les font reculer et alors qu’ils sont à environ 200 mètres de l’épave, une vague se brise sur eux et retourne leur embarcation comme un baril. Ils réussissent à se tenir sur le rebord et, ballotés pendant 3 heures, personne ne dit mot sauf le mousse Hamm inquiet pour sa pauvre mère. R.J. Leslie continue d’encourager les hommes que leur salut viendra du rivage, mais ceci ne peut arriver. Un à un, les hommes s’endorment. Leslie, un des derniers. Seul le capitaine dont un bras est pris à une fente de la barque est retrouvé inconscient à 17 h. La mer a remis l’embarcation à l’endroit et son corps est à l’intérieur lorsqu’on le retrouve à cinq milles du naufrage et un mille du rivage. Les hommes du rivage risquant leur vie à prendre un doris pour secourir l’unique survivant qu’ils croient être Leslie, ont cru le voir se tenir à la barque avec son manteau de fourrure. Mais c’est le capitaine qui porte cette tenue. Un petit-fils d’un des secouristes raconte qu’aucun n’aurait pris le risque d’aller dans cette mer démontée s’il avait su que ce n’était pas Leslie .
Les habitants de Havre-Aubert sont en deuil. Ils érigent une tombe de pierre sur une butte et conservent là jusqu’au printemps, le cercueil où repose le corps de Leslie, échoué peu de temps après. Son corps est retourné à Halifax en avril pour être enterré dans le cimetière de Fairview.  Le jonc de mariage de Leslie est retourné à sa femme (il est maintenant porté par son arrière-petit-fils, Andrew Moir Dickson). Sa femme Bertie Starratt Leslie est demeurée plusieurs années dans leur maison située au 56 Young Avenue, Halifax avec ses enfants.

Traduction libre de Greatly abridged excerpts from "Dickson and Leslie Family Histories" ISBN 0-919942-09-1 © 1990

Pour plus de détails sur le naufrage du Lunenberg dont plusieurs sources font mention :
http://www.flora.org/rosaleen/geneal.html
http://www.mail-archive.com/nsroots@ednet.ns.ca/msg00096.html
http://tolkien2008.wordpress.com/2011/02/26/le-naufrage-du-lunenburg-4-decembre-1905-iles-de-la-madeleine/