lundi 1 mai 2017

AP17-S1 Raynald Arseneault

1945-1995. 0,01 ml de documents textuels, environ 95 pièces iconographiques. *

Histoire administrative/Notice biographique

Né à Québec le 9 juin 1945, Raynald est le fils de Alex et Marie-Anna Arseneau de Havre-aux-Maisons. Il est l’aîné de Jean-Louis, Nicolas, Suzanne, Réjeanne, Nicole et Mario.

C’est à l’école primaire de Havre-aux-Maisons qu’il commence des cours de piano avec Sœur Ste-Anicet. Après ses études secondaires, en 1968, il se dirige vers le conservatoire de Musique de Montréal où il étudie jusqu’en 1973. En 1972, il effectue un premier voyage en Europe pour faire un stage à l’Académie internationale de Nice. De 1973 à 1976, il étudie au Conservatoire de Metz puis celui de Pantin et Paris. En 1981, il revient à Montréal et en 1984, il devient organiste et animateur musical de l’église St-Marc de Rosemont où il organise des concerts bénéfices.

C’est vers le début des années 1970 que Raynald Arseneault commence ses propres compositions. «Ode sur la mort d’un ami» pour orgue fut sa première composition musicale, qui sera suivie de pièces pour théâtre, orchestre, musique de chambre, chœur de voix, clavier, orgue ou piano. En 1972, il compose une pièce s’intitulant «Claire de lune à Pointe-Basse, Îles-de-la-Madeleine». Son succès croissant, en 1992, il participe à trois spectacles d’orgue dans trois églises différentes de Montréal, célébrant également les 350 ans d'histoire de Montréal. 

En compagnie de Natalie Choquette, soprano, et Jean Thibaut à l’orgue, il joue des pièces d'époques (1642 à 1995). C’est à fin des années 1980 que la musique de Raynald prend une tournure plus religieuse. Avec «Pâques», «Alléluia», «Adoro Te», «Prélude à l’infini» et bien d’autres, certaines de ses pièces musicales furent publiées dans les «Prions en Église» et ses œuvres sont jouées à travers le monde. Il est membre de la SACEM et compositeur agréé du Centre MC et membre du conseil d’administration de la SMCQ de1985 jusqu’à sa mort.

Raynald Arseneault aime jouer par goût de la musique. Dès l’âge de douze ans, il sait composer et connait mieux la musique que son professeur. C’est inné chez lui. Il a une mémoire étonnante et peut composer une pièce musicale dans un après-midi. Doux, sensible, il déteste la violence.

Il est récipiendaire de plusieurs prix dont le premier prix de composition du Conservatoire de Musique de Montréal en 1973, le premier prix du Conservatoire de Metz ainsi que la médaille d’or de cette ville en 1976. La même année, il reçoit le premier prix de la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de la ville de Metz. L’année suivante, il reçoit le prix de L’Europe en composition. En 1980 et 1981, le Gouvernement lui attribue le prix «Studio du Québec à Paris» et il reçoit une bourse de 7000 $ par le ministre des Affaires culturelles et des Communications. Cette bourse, attribuée dans le cadre d’un concours annuel, lui permet de poursuivre sa carrière. Il reçoit par la suite plusieurs autres bourses du Gouvernement du Québec et du Conseil des Arts du Canada. Son nom et sa biographie apparaissent dans la section des noms propres d’un Dictionnaire paru en fin des années 90 : «l’Encyclopédie de la musique au Canada» et dans «Compositeurs canadiens contemporains».  Une biographie plus complète de son parcours professionnel et la liste de ses œuvres sont disponibles sur le site du Centre de musique canadienne.

C’est le 27 janvier 1995 que M. Arseneault décède à la suite d’une longue maladie. Le 15 janvier 2015, ses amis de la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) lui dédient un concert-hommage à l'église Saint-Marc-Rosemont où il a consacré 12 ans de sa vie.  Avant d'être en fin de vie, Raynnald Arseneault a organisé ses funérailles, composant les pièces musicales qui furent interprétées durant une cérémonie très émouvante. Ses cendres reposent au cimetière de Havre-aux-Maisons.
Une série* de documents et photographies sont versés depuis mai 2017 dans le but de créer un fonds en sa mémoire. La famille Arseneau ayant de nombreuses archives, il fut décidé de créer des séries à même le fonds familial qui prendra la cote AP17. La série dédiée à Raynald porte la cote AP17-S1. 
Le traitement du fonds familial de la famille Arseneault fut rendu possible grâce au Programme de soutien au traitement des archives privées agrées de la BAnQ.
Portée et contenu : 

Photographies, dossiers de presse, dépliant, programme de spectacle, etc. permettant de suivre le parcours de vie de Raynald Arseneault.

Historique de conservation

Fonds apporté par son frère Mario, en même temps qu’un fonds familial au nom de son père Alexandre à Amédée Arseneau, mécanicien entrepreneur de père en fils depuis les années 30.


Instrument de recherche :

Le guide iconographique du Fonds AP17 et ses séries est rendu possible grâce au Programme de soutien au traitement des archives privées agrées de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). 

Guide iconographique du Fonds AP17: Description des 222 photographies (pièces)



Références bibliographiques :

Références : Radar 3 février 95, 20 août 80
La Presse 5 avril 93, 16 janvier 95,
Journal de Rosemont 26 mai 92,

Termes rattachés :

Auteur
Compositeur contemporain
Orgue
Prix

Quelques articles de presse sur le compositeur
 Fonds AP17-S1 Raynald Arseneault







Aucun commentaire :

Publier un commentaire