mardi 30 juin 2020

Un long confinement affecte la santé mentale du premier gardien du phare du Rocher-aux-Oiseaux (1872-1874)

À l'occasion des 150 ans de la construction d'un phare sur le Rocher-aux-Oiseaux, le Centre d'archives partagera avec vous des articles d'anciens gardiens qui ont marqué son histoire. Nous commençons par vous partager le fruit des recherches de l'historien et généalogiste réputé Dennis M. Boudreau, sur le premier gardien régulier du phare, Georges Preston, qui avant l'ère de la pandémie a connu les affres d'un long confinement:

« En 1871, il y avait deux George Preston dans les maritimes: un à la Rivière-au-Renard (Fox River, Gaspé), QC et l’autre à Halifax, NÉ. Ce dernier était un coiffeur du nom de George Henry Preston (fils de John et Susan Patton), qui a épousé Clara STEWART (fille de Donald et Margaret …) à Dartmouth, NÉ [église Anglicane] le 19 mars 1877.
Le premier cité était le fils ainé de George et Émilie (Bond) Preston de Rivière-au-Renard, QC. Mais comme le confirme l'âge (50 ans) de Georges Preston à son embauche sur le lien suivant, il s'agissait du père, soit le mari d'Émilie Bond qui était le premier gardien du phare au Rocher-aux-Oiseaux. »

Le site internet Nos origines, trouvé après les propres compilations de Monsieur Boudreau, présente des photographies des de ce Georges Preston junior. Il était  l'aîné de 12 enfants.

Comme le précise la lettre d'embauche du gardien qui succède à Georges Preston, ce dernier a sombré dans la folie de la solitude après 2 ans sur le Rocher (1872-1874). Il fut le premier à expérimenter plus que quelques mois de garde, après Mr. Chapman (2 mois en 1870), John James Fox (3 mois en 1871) et Jacques Couette (4 mois en 1871). Il l'a payé de sa santé mentale.

Lettre du 20 novembre 1874 confirmant l'embauche de Peter Whalen en remplacement de Georges Preston
Source: Bibliothèque et Archives du Canada

Aucun commentaire :

Publier un commentaire