mercredi 17 juin 2020

Arthur Miousse, un grand bâtisseur des Îles... 1946-2020


Source: Marie-Josée Miousse/Facebook
Non, Arthur Miousse n’était pas un entrepreneur en construction, mais il savait aider à bâtir des ponts dans sa communauté. Son sens de la diplomatie et du consensus a permis de dénouer de multiples situations difficiles. Il savait défaire les nœuds, rappeler les groupes à l’ordre pour une tenue d’assemblée parfaite. Son habileté ne venait pas seulement de sa grande connaissance du Code Morin, mais certainement de son écoute et de sa grande connaissance du milieu ; de sa compréhension, mais aussi d’un profond amour des siens. D’une nature optimiste, il savait mettre en relief les qualités de chacun. Grand sensible de l’environnement, de la nature et aussi de la culture, il pouvait prodiguer ses conseils de jardinage tout en discutant d’enjeux majeurs de l’économie. Mais attention ! Toujours en toute neutralité et en mode solution, en vrai diplomate et ambassadeur!

Pratiquement tous les organismes communautaires et institutions de la Communauté maritime ont fait appel à ses services d’organisateur communautaire pendant plus de 40 ans. Que ce soit en matière de pêche, de chasse, de transport, d’économie sociale, de politique, d’environnement ou d’aménagement du territoire, il était la référence pour la tenue de colloques, congrès, assemblées, sondages, regroupements et consultations démocratiques de toute nature. Le Centre d’archives régional des Îles n’y échappe pas. Lors de sa relance en 2011, il fut appelé en renfort pour assurer la tenue d’une assemblée générale harmonieuse et prodiguer ses conseils. 

Source: Attention Frag'Îles
Il suffit d’aller sur la page Facebook de sa fille Marie-Josée Miousse, pour lire les nombreux témoignages de ceux qu’il a soutenus et éclairés, tout en demeurant un père et conjoint aimant et attentionné. Le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, lui offre un vibrant témoignage sur cette tribune, ainsi que le maire des Îles, Jonathan Lapierre. Des entrevues avec ceux et celles qui l’ont côtoyé peuvent être écoutées sur la page de la radio-communautaire CFIM 92,7, qu’il a grandement contribué à mettre sur pied. Absolument ouvert à l’importance de la liberté de presse et surtout à la présence d’organes de communications officiels dans le milieu, il aura été déçu d’apprendre labolition du poste de journaliste permanent de Radio-Canada aux Îles. 

Arthur Miousse dans un reportage d'une émission de Radio-Canada
Archives: Le Point, 1er avril 1985
Il dirait que nous inventons des termes pour lui, mais nous le décrirons dans son parcours professionnel comme celui d’un « facilitateur et créateur de consensus ». Pour ce qui est de son parcours de vie, il fut un homme juste en toutes choses et en toutes circonstances. Finalement, après une longue maladie vécue discrètement et sereinement, ce grand homme, connecté à sa communauté, nous a quittés.

Le 13 juin 2020, à l’aube des 75 ans qu’il aurait eus en juillet, il a rejoint les autres grandes et grands bâtisseurs des Îles. Sans doute qu’il continuera ses bonnes discussions avec eux en surveillant de l’œil les progrès de tous ceux et celles qu’il a aidés.



Le Centre d’archives régional des Îles tient à exprimer ses plus sincères condoléances à son épouse Nicole Leblanc, sa fille Marie-Josée, ses deux petits-enfants ainsi que tous les membres de sa famille.

Lien nécrologique pour la transmission des messages de sympathies

Aucun commentaire :

Publier un commentaire