Aucun message portant le libellé 1945. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé 1945. Afficher tous les messages

mercredi 11 novembre 2020

Héros de la Deuxième Guerre mondiale et vétérans des Îles

Le numéro de juillet 1946 du Journal Le Phare, mentionne le nom de soldats des Îles-de-la-Madeleine, tués à la guerre ou des suites de leurs blessures. Nous avons cherché à rétablir cette liste et y ajouter des visages, pour que l’on se souvienne bien de ces héros qui se sont battus pour nos libertés. Nous profitons aussi de cette publication pour remercier tous nos vétérans, décédés ou encore de ce monde. Une pensée spéciale pour l'aîné de tous, Conrad Landry, qui nous a quittés le 7 août 2019, à l’âge de 102 ans. Une nouvelle liste alphabétique de tous ces vétérans suit notre publication, dans l'espoir de n'avoir fait aucun oubli!




Daigton Aitken à Robert S. Cap-aux-Meules, carabinier de l'Artillerie royale du Canada, prisonnier de guerre et décédé le 2 décembre 1942 à Hong-Kong.

Edward C. Aitkens à James William, île d'Entrée, carabinier de l'Artillerie royale du Canada, prisonnier de guerre et décédé à l’âge de 35 ans, le 1er février 1944 à Hong-Kong.

Evariste Arsenault à Nelson, Cap-aux-Meules, Royal Canadian Infantry Corps, décédé le 31 décembre 1942. Son corps repose au cimetière Belmont à Québec. 

Hubert Bénard à Onésime, Grande-Entrée, décédé à l’âge de 23 ans en Hollande le 13 janvier 1945. Il faisait partie du Régiment de la Chaudière.

Bernard Leslie Chenel à Edward, Île d'Entrée, de l'Artillerie royale du Canada, décédé le 4 octobre 1946 après 4 ans de captivité dans les camps de Hong Kong.

Caporal suppléant John Maxwell Chenel à Paul, Île d'Entrée, caporal suppléant de la l'Artillerie royale du Canada, décédé le 16 octobre 1942 à Hong-Kong.

Sydney Clifton Keith Best, décédé le  24 mai 1941, Il faisait partie du Royal Canadian engineers. Il est né aux Îles mais s'est enrôlé depuis Halifax. 

Joseph Delaney à Antoine, Havre-aux-Maisons, carabinier de l'Artillerie royale du Canada, décédé le 21 décembre 1941 à Hong-Kong.

Hubert Després à Alphée, décédé le 1 août 1944. Il est né aux îles mais s'est enrôlé depuis Matane. Il faisait partie des Fusiliers du Mont-Royal RCIC.

Caporal Fernand Harvie à Narcisse, Cap-aux-Meules, Régiment de la Chaudière, décédé le 9 juillet 1944.

Caporal Léo Harvie à Théodore, Grand-Ruisseau, Régiment de la Chaudière, décédé le 11 août 1944

Armand Huet à Hubert, Cap-aux-Meules, décédé près de Falaise en Normandie, le 8 août 1944, il faisait partie de l'Artillerie royale canadienne (Nova Scotia Riffle). Dans une erreur épouvantable, la R.A.F, de retour d’une mission non complétée, largua ses bombes sur leurs alliés.

William Dougald Keating à Henry K., Matelot de la Marine sur le H.M.C.S. Bras D'Or, Réserve de la Marine royale du Canada, décédé le  19 octobre 1940 à l’âge de 20 ans. 24 navires de guerre ont sombré durant la 2e guerre, emportant près de 2000 hommes.
  

Édoine Landry à Cléophas, Étang-du-Nord, Régiment de la Chaudière, décédé le 6 juin 1944.


Georges Franklin Leslie à Frank W.Leslie, décédé le 13 avril 1947 des suites d'une tuberculose. Le dossier indique que le décès est dû à son service. Il fut prisonnier de guerre à Hong  Kong. Il faisait partie de l'Artillerie royale du Canada.

Arthur Ellsworth McLean à Richard, décédé le  3 octobre 1941. Né à l'Île d'Entrée, il faisait partie de l'Artillerie royale canadienne.

Fulton Basil MacMillan, fils de Angus W. de Grosse-Ile, sa mère Minnie provenant de Grande-Entrée. Le plus agée d’une famille de 11 enfants, il s’enrôle à Hailfax à l’âge de 16 ans. Il  faisait partie de West Nova Scotia Regiment, et est  décédé en Italie, le 26 janvier 1945.

 Patrick Thériault à Léger, Havre-aux-Maisons, Régiment de la Chaudière, décédé en Belgique le 9 février 1945.

Allen Benjamin Welsh à Ruben, Île d'Entrée, carabinier dans l'Artillerie royale du Canada, prisonnier de guerre, il est décédé le 7 octobre 1942 au Japon. Tout comme les frères Melvin Burton Welsh  et Ernest Welsh, il fut prisonnier au Japon. Seul Ernest survivra, après 3 ans et huit mois de captivité et de travaux forcés dans une mine.

Melvin Burton Welsh à John, Île d'Entrée, carabinier de l'Artillerie royale du Canada, décédé le 31 mars 1944 alors qu'il était prisonnier de guerre au Japon. 



William Delbert Louis Welsh à John, Île d'Entrée, Artillerie royale du Canada, décédé le 6 octobre 1942 à Hong-Kong. 

Décès de Leslie Chenel. Journal Le Phare, nov. 1946. p.12


jeudi 7 mai 2020

Éphéméride... 07 mai - Fondation de la Coop l'Éveil de Fatima en 1945

07 mai 1945 :

Fondation de la Coop L’Éveil de Fatima.*
Monsieur Ernest Poirier en est le premier gérant nommé dès mars de la même année. Pour ne pas lui faire perdre sa session scolaire à l’Académie St-Pierre de Lavernière, les opérations ne débuteront qu’en juin.

Le bâtiment, situé au même emplacement et occupe alors un espace de 60 x 30 pieds. Le président est Gérard Longuépée et les directeurs : William  à Henri Déraspe, José Leblanc, Jos L. Aucoin, Claude Duclos et Gérard H. Boudreau. Cette première année d’exercice se solde par des ventes de 48 000 $.

La Coop L’Éveil de Fatima inaugurait, le 15 octobre 2003, de nouveaux aménagements, soient l’emplacement des comptoirs de fruits et légumes, l’ajout d’une chambre froide et la réorganisation du service de quincaillerie. Les travaux, au coût de 700 mille dollars, furent réalisés par la firme Nadyco. La dernière rénovation de la COOP L’Éveil remontait alors à 1984. 

À venir sur le site du CARDI: Le marché de l'alimentation à Fatima, un bout d'histoire...


En 1995, lors du 50e anniversaire COOP l'Éveil
 Fonds Achille Hubert AP1-P1101a


Alva Poirier, Lubin Leblanc et Ludger Cummings à la Coop L'Eveil. 
Source: AC1-S39 Jean-Guy Poirier

* La monographie de l’histoire du village 1949-1984 nous apprend l’existence de la Coopérative L’Éveil, dès 1941, dans un bâtiment de 12 x 16 pieds à l’ouest du site actuel. Celui-ci appartenait à la coopérative des pêcheurs L’Escouade qui ne l'a opéré qu'une seule année, décidant de former une coopérative distincte pour l'alimentation. La coopérative L'Escouade est donc celle qui a permis d'établir les bases de L'Éveil, leur premier président était également Gérard Longuépée et son gérant, Albin Aucoin. (pages 102 et 103)


Références : 

Barachois-Fatima, 1959-1984. [Album du 25e anniversaire de la municipalité]. Barachois : Le comité du 25e, 1984. 129 p. 
AC1 et AO19 Archives du Centre d’archives régional des Iles (CARDI) 
Archives de la Radio CFIM 92,7 (15 octobre 2003)
Stéphanie ARSENEAU BUSSIÈRES et Hélène CHEVRIER. Coopération et développement social et économique aux Îles-de-la-Madeleine, CERMIM, 2007,96 p.

dimanche 7 avril 2019

Éphéméride - 7 avril - Fondation de la Coopérative La Sociale en 1945


Depuis 1933, on s’était initié au concept de coopérative grâce à l'Etang-du-Nord Fisherman’s Federation. On souhaitait augmenter le pouvoir d’achat pour les denrées et non seulement le matériel de pêche. L'idée d'une coopérative de consommation fut soumise entre autre par Edmond Cormier, gérant de cette coopérative de pêcheurs.


Réunis dans l’école de Boisville-Ouest, cinquante-trois membres fondateurs souscrivent une part sociale de 25 dollars chacun pour l’ouverture de la coopérative d’alimentation La Sociale à L’Étang-du-Nord. Étienne Bourque en est le premier gérant. Lors d’une entrevue, en 1995, il précise qu’au moins le tiers des adhérents ont dû emprunter leur part, 25 $ étant une grosse somme pour l’époque. L’ancien magasin d’Abraham Haddad (cinéma Rex) est acheté avec son contenu et une partie des bâtiments fut réservée pour la coopérative des pêcheurs.



Notes historiques:

Les ventes de la première journée d’ouverture de la COOP atteignent 84,70 $. 
En 1974, un incendie ravage complètement la COOP en moins de 4 heures. On loue un autre local pour 2 ans.
En 1985, la COOP L’unité et La Sociale s’unissent et achètent le Centre du châssis, projet d’intercoopération né d’un congrès sur le sujet, en 1979. Ils s’en départissent deux ans plus tard.
En 2001, modernisation de la COOP La Sociale. Celle-ci doit déclarer faillite 3 ans plus tard.




Référence : Fonds d'archives du CARDI AO21 et AC1-S21 Chantal Naud

Document consulté en ligne : Arseneau Bussières S. et H. Chevrier (2007). Coopération et développement social et économique aux Îles-de-la-Madeleine. Îles-de-la-Madeleine : Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes, vii + 89 p.

dimanche 10 juin 2012

Éphéméride... 10 juin - Décès d'un descendant du premier Rodgers aux Îles

10 juin 1945: 

Noyade à l'âge de 30 ans, de Georges Rodgers, premier époux de Flora Noël (fille d'Édouard et Amélia Cummings).

Il était le cinquième d'une famille de 6 enfants. Son père John Rodgers, né le 18 avril 1863 à Terre-Neuve était un jeune veuf de Grande-Entrée selon un recensement de 1901, qui s'est remarié à l'Étang-du-Nord le 12 juillet 1903, à Olive Poirier (fille d'Alexandre et Marguerite Daigle). L'ancêtre des Rodgers des Îles, John, est décédé un peu plus d'un an après son fils Georges, soit le 27 août 1946.