Le CARDI : Un passé conjugué au présent... pour l'avenir des Îles

mardi 15 novembre 2011

Éphéméride...15 novembre - Élection de Denise Leblanc en 1976

Source : Centre d’archives régional des Îles, Fonds Achille Hubert,
AP1-P365A, n&b, 12,75 x 17,75 cm.
15 novembre 1976 :

Élection de Denise Leblanc comme députée des Îles.

"Le 15 novembre 1976, les Madelinots élisent l’une des leurs qui, même s’ils ne le savent pas encore, va se dévouer corps et âme pour leur petit coin de pays. Première Madelinienne à être élue députée des Îles, et première personne de l’archipel à occuper un ministère, Denise Leblanc a profondément marqué le paysage madelinot. Digne représentante de son milieu à Québec, elle s’est appliqué à « bien faire connaître ses Îles à l’extérieur » en plus d’assumer pleinement ses fonctions de députée, d’adjointe parlementaire ou de ministre. Louis-Philippe Lacroix, (...) l’un des piliers du Parti Libéral du Québec est battu par une jeune femme ! (...)  âgée seulement de 26 ans, elle est alors la benjamine du parlement."

En plus de ses fonctions de députée et de ministre, Mme Leblanc, comme elle l’avait promis en 1976, s’évertue à faire connaître son coin de pays. La mise en place du festival « Les Îles en ville » et l’ouverture du Comité de la Culture madelinienne à Verdun sont deux exemples de la volonté qu’a Denise de « bien faire connaître les Îles ». D’ailleurs, elle défend si intensément ses Îles que Jean Garon lui affirme quelques fois à la blague : « Aie, New-York à côté des Îles-de-la-Madeleine… c’est rien du tout! ».


Alors qu'on lui remettait le prix Maria Patton en 1997, voici un extrait d'entrevue:

Q.  « Par l’ensemble de votre œuvre madame Leblanc, comment pensez-vous avoir fait changer certaines choses, ici dans le milieu ; comment avez-vous contribué au développement de la collectivité madelinienne ? »
 
R. – « Ben c'est-à-dire que moi je me suis faite le porte-parole des espoirs et des rêves de changements de l’ensemble des madelinots. J’ai toujours dit que j’étais comme une sorte d’éponge qui avait tout simplement pour mission, pour charge, de transporter ailleurs les demandes des Madelinots et leurs aspirations et leurs désirs de se prendre en main, de s’assumer, de solidairement se donner confiance pour bâtir l’avenir économique, culturel, social… (...). Et dans ce sens là (sic), j’espère que en tout cas j’ai rempli la volonté que j’avais, et l’amour que j’avais (...) et que j’ai toujours pour les Îles, mais aussi la volonté (...) qu’on se prenne en main, qu’on grandisse, qu’on ait pas peur de se faire confiance surtout. Et j’espère que dans ce sens là, au moins, on a avancé.

Madame Leblanc est décédée subitement en 1999.

Source: Extrait de texte d'une conférence en mémoire de la politicienne préparé par le Centre d'archives régional des Îles, conjointement avec son ancienne attachée de presse et d'autres organismes du milieu en 2006, à l'occasion d'une exposition rétrospective. (Cassette 13 ---> 13 :19 à 14 :22) : 63 secondes, 1997.