Aucun message portant le libellé maladie. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé maladie. Afficher tous les messages

dimanche 15 mars 2020

Une épidémie de grippe aux Îles en 1891

En juillet 1891, le télégraphe Auguste Lebourdais relate les ravages d'une épidémie de grippe aux Îles-de-la-Madeleine, comme en fait foi l'article publié à la une du journal Quebec Saturday Budget du 25 juillet 1891. Un autre article mentionne qu'il y a 50 décès en date du 13 juin et un autre encore
 que l'épidémie est si sévère que les usines pour l'homard sont fermés et de 50 a 60 personnes sont mortes,


On recense finalement 75 décès répartis par localité, dans la période du 3 juin au 13 juillet 1891 (entre parenthèse, population par secteur alors qu'on retrouve 4942 personnes recensées sur les Îles):

Île de Cap-aux-Meules (1440): 
10 hommes, 19 femmes, 6 enfants

Havre-aux-Maisons (1000): 
4 hommes, 9 femmes, 5 enfants

Île-du-Havre-Aubert (Bassin- Millerand- etc.) (1400): 
4 hommes, 4 femmes Havre-Aubert: 4 hommes, 3 femmes

Grande-Entrée: 1 homme, 3 femmes Grosse-Ile:
1 homme, 2 femmes (398*)

*   Le secteur Est comprend alors Grosse-Île, Grande-Entrée, Pointe-aux-Loups, l'Île Brion et le Rocher-aux-Oiseaux)

L'impact de cette épidémie ayant grandement affecté le secteur des pêches, pratiquement la seule source de revenu aux Îles-de-la-Madeleine à cette époque, Auguste Lebourdais soulève le risque d'une grande misère si la saison de pêche au maquereau de l'automne n'est pas bonne.

Le généalogiste Dennis M Boudreau nous offre la liste détaillée de ces 75 sépultures qui figurent dans les registres paroissiaux des Îles, en rapport à cette épidémie. Plusieurs personnes pourront y retrouver un ancêtre en lien avec leur propre arbre généalogique.



Autres références:

Halifax Morning Chronicle, Saturday - June 13, 1891
Quebec Morning Chronicle, June 17, 1891
Halifax Morning Chronicle, Friday - June 19, 1891

jeudi 20 décembre 2018

Éphéméride... 20 décembre - La grippe fait rage aux Îles-de-la-Madeleine en 1918

Le Soleil, 20 décembre 1918, p. 14. Archives de BAnQ
Les Madelinots ne sont pas à l’abri de la grippe espagnole qui sévit à cette époque, mais leur sort est d’autant plus triste qu’aucun médecin ne réside aux Îles en cette année 1918.

mercredi 2 mai 2018

Éphéméride.... 2 mai - Le vapeur Beaver à fait son premier voyage aux Îles

Gravure ancienne d'un vapeur et d'une barque - Libre de droits
2 mai 1883:


Le Département de la Marine a reçu son premier rapport du vapeur SS Beaver sur son premier voyage postal aux Îles après le long hiver 1883. Des phoques étaient présents sur les glaces, les goélettes affectées à cette chasse ont quitté les Îles le 15 avril, mais aucune nouvelle de celles-ci n’est encore parvenue aux Madelinots. Les provisions ont suffi durant l’hiver * mais la fièvre scarlatine a affecté quelques secteurs des Îles. On raconte dans ce même article du journal montréalais que le Capitaine Turbide, gardien sur le Rocher-aux-Oiseaux, serait mort d’une chute de 120 pieds, mais l’authenticité de ce rapport est mise en doute. (Après vérification, c’était faux, bien qu’en 1891 et 1896, Télésphore Turbide fut victime d’accidents très sérieux)


Source: Traduction libre de l'article paru dans le Montreal Daily Witness du 3 mai 1883.

* Cette information laisse penser que l’hiver 1883, décrit dans plusieurs récits comme étant celui de « La grande misère », n’est pas celui-là. Ce serait plutôt l’hiver 1882, comme Pierre-Cornélius Carbonneau le confirme aussi.  Le premier bateau d’approvisionnement de 1883, serait arrivé un 28 juin 1883, à cause de la lente disparition des glaces, selon d’autres récits dont un du père Frédéric Landry (Capitaine des Hauts-fonds, 1978, p. 75) néanmoins, il ne faut pas penser que l’hiver suivant ait été des plus faciles à cette époque.

jeudi 30 juin 2016

Maladies et misères des premiers colons, au temps de Champlain


Maladies et misères des premiers colons

L'histoire de l’ile de Sainte-Croix et le Scorbut (le chirurgien-barbier)

L’Île Sainte-Croix est située aujourd’hui en territoire américain entre le Nouveau-Brunswick et le Maine. En 1604, les explorateurs Pierre Dugua de Mons et Samuel de Champlain ont fondé à cet endroit le premier établissement français en Amérique du Nord. On y trouvait 79 hommes. La colonie sera ensuite implantée en 1605 à Port Royal (Nouvelle-Écosse)après avoir vu 45% de ses hivernants décimés par le scorbut.

En 2003 une équipe d’anthropologues judiciaires découvre un crâne sur l’emplacement du cimetière de la petite colonie. L’anthropologue Robert Larocque, chargé de cours au Département d’histoire de l’Université Laval et spécialiste de l’étude de squelettes trouvés dans un contexte archéologique, faisait partie de l’équipe américano-canadienne qui a découvert le crâne. En fait, il s’agissait d’un suivi de recherche sur de premières fouilles qui avaient été effectuées en 1969. La découverte du crâne dont la calotte avait été sciée, montrait la première intervention d’une autopsie dans le nouveau-monde.


Source: Patrimoine militaire canadien - Habitation de Port Royal 1605 détruite en 1613 par des colons anglais de Virginie

L’analyse a révélé que le colon est bel et bien mort du scorbut, une déficience nutritive en vitamine C qui affaiblit les tissus et qui cause l’anémie. Le 10 novembre, la télévision américaine a traité de cette autopsie crânienne pratiquée à l’hiver 1604-1605 à l’Île Sainte-Croix lors de l’émission Skeleton Stories au canal spécialisé Discovery Health.

Notons que l’'hivernement sur l'île Sainte-Croix en 1604  fut très rude : la neige apparaît en octobre et dure jusqu’en avril. Le scorbut était une maladie que l'on ne comprenait guère à l'époque, mais qui faisait de nombreux ravages chez les explorateurs et les marins. 

Il est facile de présumer comment la colonisation aux Îles-de-la-Madeleine fut autant une entreprise hasardeuse. Les hivers de disette semblaient le lot de tous ses habitants jusqu'à l'époque des communications. Un missionnaire de passage mentionne à un moment des repas de soupe à la vache-marine défraîchie...
 

Références:

Séguin, Maurice K. Samuel de Champlain, L'entrepreneur et le rêveur Éditions Septentrion, 2008, 384 p. (Extrait)