Aucun message portant le libellé 1918. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé 1918. Afficher tous les messages

jeudi 20 décembre 2018

Éphéméride... 20 décembre - La grippe fait rage aux Îles-de-la-Madeleine en 1918

Le Soleil, 20 décembre 1918, p. 14. Archives de BAnQ
Les Madelinots ne sont pas à l’abri de la grippe espagnole qui sévit à cette époque, mais leur sort est d’autant plus triste qu’aucun médecin ne réside aux Îles en cette année 1918.

mercredi 8 août 2018

Éphéméride... 8 août - Décès du caporal suppléant Ambroise Henry Madore en 1918

Ambroise Henry Madore à William et Delphine Cormier, Grande-Entrée, caporal suppléant du 25e bataillon du Régiment de Nouvelle-Écosse décède le 8 août 1918 le premier jour de la bataille d'Amiens visant à chasser les allemand de Somme, dans le département du Pas-de-Calais.
Archives Canada Mikan a002925 Canadiens avançant durant la bataille d'Amiens. Des soldats français sont à l'avant-plan

jeudi 24 mai 2018

Éphéméride... 24 mai - Le SS Enterprise remplace l'Amelia pour le transport de la poste et du cargo en 1918

Source: Charlottetown Guardian p15
24 mai 1918:

Le SS Enterprise, avec la même équipe à son bord que celle de l'Amelia, l'été précédent, fait la navette de Souris aux Îles pour y transporter la poste, le cargo et des passagers.

On mentionne le Capitaine Pearl et M. Thompson comme commissaire de bord.

samedi 28 avril 2018

Décès du soldat Joseph Édouard Edmond Thériault sur le SS Upcerne en 1918

28 avril 1918

Joseph Édouard Edmond Thériault à François et Céleste Boudreault, de Havre-aux-Maisons, décède le 28 avril 1918 sur le navire SS Upcerne alors qu'il fut torpillé près de l'Île Coquet à Northumberland en Angleterre par le sous-marin allemand UC40. Leur navire transportait une cargaison de fer et de bois à destination de Middlesbrough. Les 16 membres d'équipage ont péri sauf le capitaine.Une plaque en l'honneur des marins soldats disparus est installée au Memorial Tower Hill à Londres.





samedi 14 avril 2018

Décès du soldat Azade Boudreault à la Premiere Guerre Mondiale en 1918

14 avril 1918

Décès d'Azade Boudreault à Simon de Bassin et Hélène Allard de Natashquan. Azade est né à Bassin le 30 juillet 1894. Il est le 6e garçon d'une famille de 7 enfants, tous nés à Bassin, sauf les deux aînés. Son père a épousé Hélène Allard à Natashquan le 14 janvier 1885. Après un retour aux Îles entre 1887 et 1899, il retourne vraisemblablement avec sa famille sur la Côte-Nord puisque tous ses enfants y sont mariés selon le dictionnaire généalogique des familles de Dennis M. Boudreault

C'est de l'île Michon que son fils Azade est recruté à titre de soldat du 189th bataillon affecté au 22e bataillon du Régiment de Québec. Il décède en France (Pas-de-Calais) le 14 avril 1918 dans les tranchées de Neuville-Vitasse. Il est mort peu avant la  bataille de Chérizy qualifiée de massacre pour les officiers et soldats de ce régiment composé en majorité de Canadien Français. Son corps repose au cimetière britannique Ligny Saint-Flochel d'Averdoingt.

Pour en apprendre encore plus sur cette bataille, consultez la Revue militaire canadienne, vol. 15, no 3, p. 37 disponible sur le lien internet suivant.

jeudi 18 janvier 2018

Éphéméride... 16 janvier - Un sauvetage héroïque en 1918

 16 janvier 1918: Un sauvetage héroïque...


Dans la CHRONIQUE MARITIME du Journal Le Madelinot du 6 février 1967, le père Frédéric Landry raconte le sauvetage héroïque effectué le 16 janvier 1918 par Allen Clark de Grande-Entrée, et qui lui vaut la médaille Carnegie:

« Le 16 janvier 1918, Allen Clark et Jack Keating aperçoivent à environ un quart de mille de la Côte de Grande-Entrée un petit bateau immobilisé dans la glace. Il y a deux hommes à son bord qui gisent là inertes. Il faut trouver un moyen pour les aider à mettre pied à terre au plus tôt car le froid est très violent. Une faible couche de glace couvre l'espace séparant le bateau de la côte. Il est impossible de marcher sur cette glace trop mince pour supporter un homme. Que faire? Allen trouve un moyen étrange et dangereux qu'il est prêt à expérimenter lui-même.

Allen apporte deux grandes planches qu'il pose sur cette légère couche de glace. Ensuite il s'attache solidement par le buste à une longue corde qui est tenue par son ami Jack Keating. Accoutré ainsi, il commence à ramper sur ces planches qu'il glisse avec précaution l'une après l'autre. S'il perd son équilibre ou si la glace se brise il y a encore la corde comme moyen de salut. Mais la corde pourrait-elle ramener à terre cet homme au travers une glace brisée et l'eau froide qui paralyse rapidement? Il y a un grand risque à prendre, mais tout calcul disparaît pour un homme généreux devant le sauvetage de deux vies humaines.


Il faut beaucoup de sang-froid et de courage pour entreprendre une telle expérience. Lentement, conscient du danger Allen progresse pouce par pouce vers le petit bateau. Enfin il rejoint deux hommes transis par le froid, presque agonisants qui avaient laissés
l'Ile-d'Entrée 48 heures plus tôt avec l'intention d'atteindre Havre-Aubert. Les vents et le froid qui formaient une couche de glace au bord des côtes leur avaient fait perdre espoir de mettre pied à terre.

Au prix de grandes difficultés, le sauveteur réussit à ramener à terre ces deux hommes à demi inconscients. L'un des rescapés Paul Chennel dut faire amputer ses doigts gelés. L'autre, Rube Welsh un adolescent qui avait été fouetté par le vent glacé, rendu
inconscient par un froid au dessous de zéro se remit lentement de cette douloureuse épreuve. Grâce à la générosité et au courage d'Allen Clark, deux hommes eurent la vie sauve. Son geste de noblesse fut reconnu par quelques-uns seulement. Aujourd'hui qu'il a atteint sa quatre vingt-quatrième année, nous voulons simplement rappeler son courage.»


Henry Clarke Jr avait 34 ans au moment du sauvetage, il était l'époux d'Evelyn Taker. Il est décédé le 14 octobre 1969, peu de temps après la parution de cet hommage.


lundi 13 mars 2017

Les Terres-Neuviens et la chasse aux phoques aux Îles

Collection Louis T. Blais
Plusieurs articles de presse de journaux Terre-Neuviens (1914 à 1948) témoignent de l'intérêt des chasseurs de cette province pour la zone des Îles, où les phoques se rapprochent souvent des côtes. Ils pouvaient ainsi s'assurer de venir y capturer une partie de leur quota. On imagine ces goélettes et bateaux à  vapeur, ensuite, parcourant des milliers de kilomètres pour s'assurer une partie de cette ressource importante.

Plusieurs albums de coupures de journaux français et anglais de l'époque de la Seconde Guerre Mondiale, de la collection du marchand et ancien représentant fédéral Louis T. Blais, de La Tabatière, se sont ajoutés aux fonds du Centre d'archives régional des Îles. Ces albums représentent un portait très complet des journaux du Québec et des maritimes en ce qui concerne toute l'industrie de la chasse aux phoque et de le pêche dans le Golfe et autour de Terre-Neuve. 

Source: Evening telegram St. John's,
Terre-Neuve, 1918-04-15 Page 37

Source`: Evening telegram St. John's,
Terre-Neuve, 1917-03-27
Source:  Evening telegram St. John's,
Terre-Neuve, 1914-04-11

mercredi 1 octobre 2014

Éphéméride... 1er octobre - Procule Chevrier maître de poste à l'Ile Brion

À droite: Agathe Vigneau, épouse de Procule Chevrier Photo: Collection Jean-Guy  Poirier
Le 1er octobre 1908:

Procule Chevrier devient le 3e maître de poste de l'Île Brion et occupe ses fonctions, en plus de celles de gardien de phare et opérateur télégraphique pendant dix ans, soit du 1er octobre 1908 au 14 mai 1918. Le bureau de poste, ouvert en 1898, n'est en fonction que durant l'été et ce, jusqu'en 1931.

Fils de Antoine-Edmond Chevrier, né à Havre-Aubert le 7 janvier 1855, il épouse à Bassin le 27 octobre 1878, Agathe Vigneau, née à Havre-Aubert le 21 juillet 1855. Procule Chevrier est décédé le 27 octobre 1923 à Charlottetown. Son épouse est décédée à Bassin en 1948. Nous la voyons sur la photo en compagnie de l'épouse de Jean Renaud, Alphonsine Chevrier.