Messages triés par pertinence pour la requête ovide hubert. Trier par date Afficher tous les messages
Messages triés par pertinence pour la requête ovide hubert. Trier par date Afficher tous les messages

mardi 8 août 2017

Éphéméride... 8 août - Décès d'Ovide Hubert en 1967

Source Centre d'archives régional des Iles, Fonds AP3
8 août 1967:

Décès d'Ovide Hubert.



Né le 15 avril 1905, fils de Jean-françois Hubert et Léocadie Lafrance.


Précédé de ses trois demi-sœurs, nées de 1890 à 1892 de la première union de son père avec Arthémise Cyr, et de  trois autres frères et une sœur, il est le cinquième enfant de la seconde union de son père avec Léocadie Lafrance. Trois autres garçons et une sœur le suivent dans cette lignée de 12 enfants. 

Journal Le Madelinot, vol. 3 no 2, 20 août 1967. p. 1, 4, 6
Ovide Hubert est un personnage très important dans l'histoire des Îles-de-la-Madeleine. Professeur à l'École Normale, inspecteur d'école comme son frère Paul, il fut décoré de l'Ordre du Commandeur en 1962 (le plus haut degré du Mérite scolaire). Il est un des promoteurs de la Coopérative de l'Électricité et donna bien des heures pour l'implantation des Caisses Populaires aux Îles. Il fut entre autre membre du comité de régie supérieur des caisses populaires des Îles, fondé en 1938, et le premier vice-président de la caisse populaire de Lavernière.  Très impliqué dans le mouvement coopératif, il a siégé de nombreuses années au sein du conseil de la Coopérative de Transport maritime et aérien CTMA dont il est un des membres fondateurs, le 28 mai 1944. Il fut le premier président de la Chambre de commerce des Îles en 1962. Il est aussi le premier représentant de la société Assomption mutuelle d'assurances aux Îles. Son dernier emploi fut relationniste à l'Institut Alphonse Desjardins de Lévis. Il a épousé Bernadette Bédard en 1929 en Saskatchewan.

Le Journal Le Madelinot, seul hebdomadaire de l'époque, lui consacre un hommage à la Une du 20 août 1967.

En son nom, une bourse a été créée par L'Amicale Notre-Dame-des-Flots. Celle-ci offre à un étudiant ou une étudiante en science de l'éducation, la possibilité de mériter une bourse de 500$ selon des critères établis.





Références :

Topo web : 
Carrefour Jeunesse Emploi des Îles http://www.cjedesiles.qc.ca/index.php/component/seminar/?task=3&cid=18 consulté le 29 juillet 2013
Chambre de commerce des Îles http://www.ccim.qc.ca/cgi-cs/cs.waframe.content?topic=4153&lang=1 consulté le 29 juillet 2013
Généanet.org  http://gw.geneanet.org/monartque?lang=fr;p=ovide;n=hubert Arbre généalogique de Jacques St-Pierre consulté le 29 juillet 2013
 

dimanche 10 juin 2012

AP3 Ovide Hubert et Bernadette Bédard


mercredi 23 avril 2014

Éphéméride 23 octobre... Ovide Hubert décoré...

Ovide Hubert
Source: Fonds Achille Hubert, AE1, P148, 
(détail d'une photo. coul. ; 8,5 x 10,75 cm,1967)


23 octobre 1961 :


Ovide Hubert reçoit la décoration du commandeur
de l'Ordre au Mérite scolaire.

samedi 28 mai 2016

Éphéméride... 28 mai - Fondation de la Coopérative de transport CTMA

Ovide Hubert 1905-1967
28 mai 1944 : 

Fondation de la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA)  qui comprend alors 180 membres. Ovide Hubert en est le promoteur.

Référence: NAUD, Chantal. Îles de la Madeleine 1793-1993 Deux siècles d'Histoire, Les Éditions Vignaud, 1993, p.132

Source photo:  Fonds AP3 Ovide Hubert et Bernadette Bédard, Centre d'archives régional des Îles.

vendredi 27 décembre 2013

Éphéméride... 27 décembre - Paul Hubert



À l'âge de 65 ans, Monsieur Paul Hubert, historien des Îles et auteur du livre Les Îles-de-la-Madeleine et les Madelinots, décède le 27 décembre 1958





Paul Hubert est le fils de Jean Hubert et de Léocadie Lafrance, une famille de 12 enfants, dont plusieurs sont bien connus aux Îles : Clothilde, Arthémise, Estelle, Alvénia, Béatrice, Anthime, Ovide, Marc, Adé, Ephrem et Ermond. Paul est né le 26 octobre 1893 à Havre-aux-Maisons, plus précisément à la Pointe-Basse où il fit ses études primaires. Ses études secondaires se sont déroulées à l’école Saint-Joseph.

Ambitieux et aidé du soutien financier du Père Samuel Turbide, il est admis en 1912 à l’École Normale de Québec pour y suivre son cours d’instituteur. En 1914, il décroche son diplôme supérieur avec très grande distinction de l’École normale Laval pour ensuite enseigner à divers endroits dans la région de Montréal et du Lac-Saint-Jean. De 1916 à 1918, il est à l’école des garçons de Laurierville. En 1919, il devient inspecteur local d’école pour la région de Rivière-du-Loup jusqu’à Rimouski. En 1930, il est nommé inspecteur régional et dessert Rimouski, Rivière-du-Loup jusqu’à Gaspé et plus tard, les Îles de la Madeleine qui agrandissent son territoire. À partir de son lieu de résidence à Rimouski, il supervise le travail des huit inspecteurs locaux des Îles.

C’est donc plus de 40 ans de sa vie qu’a pu consacrer Paul Hubert à l’éducation.

En 1920, il épouse Anne-Marie Turcot, fille du député de Mégantic. Gravement malade, elle décède quatre mois après leur mariage. Deux ans plus tard, il se remarie à Isabelle Turbide, fille de Samuel Turbide de Baie-St-Anne, N. B. Elle aura trois enfants : Jean, Rodrigue et Odile, avant de décéder à son tour en 1942. Il épouse au bout d’un an, Cécile Leclerc, une infirmière de Cabano avec qui il adopte un fils : Jean-Paul Lafrance.

Outre son métier d’inspecteur, Paul Hubert s’implique en 1939 dans la fondation d’une coopérative d’alimentation à Rimouski : « La Ménagère ». Il en est président jusqu’en 1947. Fondateur des Cercles d’études, il s’occupe activement des œuvres de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française à Rimouski durant 10 ans et en devient le président du comité régional. Membre de l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences (ACFAS), il enseigne le français aux éducateurs de Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick, puis en 1946, devient président de l’Association des Inspecteurs catholiques du Québec. Il est également, président des Artisans canadiens-français de Rimouski et président de l’Association forestière du Bas-St-Laurent.

En 1946, il fut décoré de l’Ordre du Mérite scolaire 3e degré. En 1949, il reçoit la médaille Bene Merenti de la Société Saint-Jean-Baptiste. En 1954, il obtient la décoration de membre au quatrième degré (bouton d’or et le certificat du Mérite) de l’Ordre du Mérite coopératif et mutualiste québécois. Cette distinction est accordée à une personne qui a rendu des services exceptionnels au niveau provincial et dont l’action a contribué à l’orientation et à la promotion générale du mouvement coopératif et mutualiste québécois. En 1964, une polyvalente reçoit son nom à Rimouski et, en 1984, l’organisme à but non lucratif La Fondation Paul Hubert fut créée en son nom.

En 1926, il écrit un volume historique important sur la vie des Madelinots et leurs Îles. Ce livre, Les îles de la Madeleine et les Madelinots qui est le point de départ de plusieurs œuvres historiques par la suite.

Paul Hubert décède le 27 décembre 1958, à l’âge de 65 ans. Mentionnée dans le journal La Boussole, comme une femme dévouée et charitable, son épouse Cécile Leclerc décède quatorze mois plus tard, le 14 février 1960. Leurs corps reposent à Rimouski.




mardi 19 juin 2018

Éphéméride... 19 juin - Fondation de la première Caisse Desjardins des Îles à Lavernière

Le 19 juin 1938
Fondation de la première Caisse populaire aux Îles, à Lavernière avec 260 membres.
L’abbé Émile Turmel, propagandiste de la fédération des caisses est venu apporter son soutien à ce lancement, dont le travail de sensibilisation à la coopération avait déjà été enclenché par le Père Gallant. Un comité de régie supérieur des caisses composé entre autres de Mgr J. A. H. Blaquière, du Père Gallant, d’Ovide Hubert, Gustave Lafrance, Fred Landry et J.René Scott, agronome des Îles, est chargé par la Caisse de Lévis de surveiller les caisses et veiller à en fonder de nouvelles.

Cyrice P. Massé en est le premier membre de la Commission de crédit, le père Gallant lui offre un vibrant hommage dans la revue À pleines Voiles lors de son décès en 1959, bien qu'il paraisse dans cet article sous le nom de Cyprien et non Cyrice; William Arseneau est le premier président, Léger Bourque est le premier gérant, Edgar Bourque son frère qui prendra la relève de la gérance de 1941 à 1974, Edmond Cormier et Albin Aucoin assureront aussi la continuité et l’adhésion de nouveaux membres. Madame Cécile Bourque, première assistante gérante dans un emploi considéré masculin à l’époque. Son engagement « officiel » se fait le 22 juillet 1957.  Elle y demeure plus de 30 ans. Pour n'oublier personne, voici les premiers membres des différents conseils et commission.

Le premier conseil d’administration est composé de William Arseneau, prés., Ovide Hubert v.p., Johnny leblanc, dir., Fred O. Bourque dir., Léger T. Bourque, sec.-gér.

Le conseil de surveillance : Père Gallant, Willie Chiasson, Ernest Miousse.

La Commission de crédit : Cyrice P. Massé, Alex Décoste, William Cyr.

Officiers honoraires : Mgr Blaquière, Hormidas Langlais, Maurice Chiasson


La première femme élue au conseil d’administration fut Joan Landry.




Comme en témoigne cette publicité de 1961, lors des 25 ans de fondation, la coopération est en pleine effervescence et on trouve à cette époque sept caisses d'épargnes réparties sur les Îles.

Références:
Album La Caisse populaire de Lavernière 1938-1988, Des racines… un avenir prometteur, Comité du 50e, Imprimerie locale, 1988, 69 p.
Chantal Naud. Deux siècles d’histoire 1793-1993, Éditions Vignaud, 1993, 241 p.


Fonds AO19 Centre d’archives régional des Îles (photos originales, fichiers numériques, , éphémérides du blogue,collections de journaux et publications) soient :
Revue mensuelle À Pleines Voiles de  juin 1952 à 1959 (sauf 1953)
Journal Le Radar
Journal L’Évangéline (quelques publications)
Source: Fonds AO19 Centre d'archives régional des Îles, L'Évangéline 19 octobre 1961, page 24
Journal Le Madelinot


mercredi 17 février 2016

Éphéméride... 17 février - Ordination du père Adé Hubert

Source: Centre d'archives régional des Îles, Fonds AP3
17 février 1935:

Le Père Adé Hubert, né le 27 mars 1909, est ordonné prêtre chez les Eudistes, le 17 février 1935. 

Adé Hubert a fait ses études à Rimouski et à Church Point en Nouvelle- Écosse. En 1930, il est admis chez les Eudistes et est ordonné prêtre en 1935. Ayant été licencié en lettres de l’Université Laval de Québec, il sera professeur de littérature à divers endroits : Church-Point, Bathurst, Limoilou ainsi que le séminaire eudiste de Limbourg. Par la suite, le père  Adé Hubert sera curé de St-Cœur-de-Marie et de Baie-Comeau. Il fut aussi aumônier à l’école régionale d’Havre-St-Pierre. En 1979, il se retire à la  maison des Pères Eudistes à Limoilou ou il décède le 30 juin 1990.

Passionné d’histoire, il collabore à un numéro spécial de l’Action nationale qui est consacré à l’Acadie. C’est lui qui sera responsable du chapitre traitant des Îles-de-la-Madeleine. Il laissa aussi plusieurs écrits à différents magazines et  revue d’éducation et de lettres. En 1948, le poste CKCH d'Ottawa diffusait une de ses dramatiques : le retour d'Évangéline, qu'il avait fait jouer à ses étudiants à L'Université Sacré-Coeur de Bathurst.

Notons que le Père Adé Hubert, frère de Paul, Clotilde et Ovide, est le réalisateur du "pageant" de 1955 rappelant les événements historiques de l'Acadie et des Îles et tenu à l'aréna de Cap-aux-Meules, lors du Bicentenaire acadien dont une collection de photos est conservée par le Centre d'archives régional des Îles.
 
 Références 

Naud, Chantal. Îles-de-la-Madeleine.1793-1993. Deux siècles d'histoire. Les Éditions Vignaud, p. 143

dimanche 10 juin 2012

AP2 - Adé Hubert